Si vous êtes sur cet article c’est que vous vous intéressez de près ou de loin à la question du drive-to-store et en particulier à la publicité géolocalisée sur mobile 😉

De nombreux retailers sont aujourd’hui à la recherche d’informations de géolocalisation de leurs clients et prospects pour pouvoir facilement les suivre et exploiter cette information via des publicités ciblées 🌍. En dehors des sociétés comme Facebook ou Google qui obtiennent facilement la donnée de géolocalisation de leurs utilisateurs, les autres annonceurs et les retailers recherchent aujourd’hui avec intérêt ce type de data et se sourcent de plus en plus auprès d’intermédiaires. Mais comment ces intermédiaires obtiennent-ils cette donnée ? 🧐

Les trois principales technologies disponibles


On observe aujourd’hui trois technologie de suivi de géolocalisation de mobinautes. Tout d'abord, des sociétés comme Teemo, Singlespot, Vectaury, ou Adotmob installent  des traqueurs appelés SDK chez certains éditeurs (sites e-commerce, médias, applications… comme Le Figaro, Closer ou Météo France) en les rémunérant et en collectant ainsi les données de géolocalisation des utilisateurs. Cette méthode a l’avantage d’avoir un reach élevé (10 à 20M de mobinautes en France) mais des coûts parfois exorbitant à payer aux éditeurs partenaires. 

En dehors de la technologie SDK, deux autres méthodes existent aujourd’hui. La méthode dite des « Beacons » - utilisée notamment par la start-up Fidzup - s'appuie sur des boîtiers installés en point de vente pour mesurer le trafic et le "matcher" avec des ID Web. Cette technologie se laisse cependant distancer en raison d’un coût de mise en place plus important – installation de beacons dans chaque point de vente – qui explique un reach plus faible.

Enfin, la méthode dite des « bid requests » ou « requêtes publicitaires » dispose du reach le plus important. Elle permet ainsi à des sociétés comme Admoove ou Adsquare de récupérer des données de géolocalisation associé à ces requêtes auprès de SSP (Sell Side Platform). 

A noter que la méthode des SDK permet de suivre le mobinaute en temps quasi réel, dans tous les lieux qu’il fréquente. Cette technologie bénéficie donc d’un avantage significatif puisqu’elle permet de collecter le temps passé par le mobinaute dans chaque point de vente ! Cependant, l’entrée en vigeure de RGPD remet en cause se modèle et oblige de plus les acteurs à changer leurs pratiques 🧐

De manière générale, des sociétés comme Google ou Facebook qui collectent de la donnée de géolocalisation en temps réel auprès de leurs utilisateurs auront toujours un temps d’avance. Elles disposent en effet à la fois de la donnée et du média et peuvent ainsi facilement mesurer le ROI de leurs campagnes d’Ads via des technologies de Store Visit.

Et Partoo dans tout ça ?

Pour toutes ces technologies, il reste crucial de disposer d’informations points de vente à jour que ce soit en interne ou sur les sites de référencement local comme Google My Business ou Facebook.

* * * * * * * * * 

Pour cela, Partoo accompagne 40 000 points de vente, pour 150 enseignes en France dans leur stratégie web-to-store !

* * * * * * * * * 

Partoo diffuse leurs informations locales sur une vingtaine de plateformes, de GPS, de réseaux sociaux ou de sites d’avis, afin que leurs clients puissent toujours accéder à des informations à jours sur tous les supports (horaires, adresses, numéros de téléphone, etc.)

Pour plus de détails n’hésitez pas à vous rendre sur notre site ou à échanger avec nous dans les chat en bas à droite !

Avez-vous trouvé votre réponse?